Connexion

Besoin d'aide ? Une question ? Un avis ? Rejoignez nous sur notre salon IRC pour clavarder

Forum

Discussions Libres Big Blue prêt à croquer Sun ???

Niphredil Membre non connecté

Rang

Avatar

Inscrit le : 02/06/2008 à 20h59

Localisation : kekpar

Messages: 1168

Le 28/03/2009 à 22h06
Citation du Monde
Les nouvelles technologies ne pouvaient rester plus longtemps à l'écart de la crise. IBM, le géant informatique américain, pourrait acheter Sun Microsystems, donnant le coup d'envoi à la consolidation attendue d'un secteur très atteint par la crise économique. IBM serait prêt à débourser près de 6,5 milliards de dollars (près de cinq milliards d'euros), soit entre 10 et 11 dollars par action, l'équivalent de deux fois le cours de clôture de 4,97 dollars de Sun Microsystems mardi, rapport le Wall Street Journal qui a révélé l'information. IBM et Sun Microsystems se sont refusés à tout commentaire, ce qui n'a pas empêché le marché de réagir avec enthousiasme - surtout du côté des actionnaires de Sun dont le titre a pris 74 %. Celui d'IBM a perdu 2 %.

Certains analystes se montrent dubitatifs sur le bénéfice qu'apporterait l'achat d'une entreprise, certes propriétaire du langage Java et du système de gestion de données MySQL, mais qui accumule les pertes et enchaîne les restructurations. "Nous ne pensons que ce soit une très bonne idée pour IBM d'acheter Sun", explique une analyste de First Global, Devina Mehtra. "Sun a des problèmes depuis trop longtemps avec un modèle d'affaires déclinant, pour qu'IBM s'en mêle, surtout dans ces temps difficiles", a-t-elle dit. "Nous nous interrogeons sur le bénéfice à court terme et à plus long terme pour IBM", écrit également David Bailey chez Goldman Sachs, relevant notamment la large palette d'activités des deux sociétés faisant doublon. M. Bailey mentionnait également que le modèle d'affaires de Sun Microsystems reposant sur des contrats ponctuels s'adapte mal à la stratégie d'IBM, qui s'est diversifié dans les services pour s'assurer des revenus récurrents.

L'affaire, si elle se fait, sera la plus grosse acquisition jamais réalisée par IBM. Elle constituerait une rupture par rapport à la stratégie de "Big Blue" qui visait jusqu'ici à se renforcer dans les logiciels et les services plutôt que dans le matériel. Elle permettrait à "Big Blue" de dépenser un peu de ses liquidités, conformément aux intentions affichées la semaine dernière par son PDG Samuel Palmisano. "Nous allons adopter une vision à long terme, et être offensifs", avait écrit M. Palmisano, évoquant la perspective d'"acquisitions stratégiques". IBM, une des entreprises ayant le mieux résisté à la crise et l'une des rares à espérer une croissance des bénéfices cette année, disposait de 12,9 milliards de dollars de liquidités à la fin 2008.

L'opération préfigurerait ainsi une consolidation dans un secteur où cohabitent des géants solides et des sociétés fragilisées accumulant les pertes, où ceux qui ont les poches pleines peuvent s'offrir des cibles à bon prix, après la chute des valeurs boursières. C'était assez pour inquiéter une association professionnelle du secteur des hautes technologies. Une fusion permettrait à IBM de se développer dans le stockage de données, dans l'Internet et les télécommunications, et de renforcer son activités de serveurs, face à Hewlett-Packard et à un nouveau venu redoutable sur ce segment, Cisco.


"וכל המקיים נפש אחת מישראל מעלה עליו הכתוב כאילו קיים עולם מלא"

"La question n'est pas de savoir combien vous coûte votre défense mais combien il vous en coûtera de ne pas vous être défendu" (Démosthène)
   
Répondre
Sujet verrouillé, vous ne pouvez pas poster de message