Connexion

Besoin d'aide ? Une question ? Un avis ? Rejoignez nous sur notre salon IRC pour clavarder

Forum

Discussions Libres Info ou intox ? Mozilla

marc-andré Membre non connecté

Rang

Avatar

Inscrit le : 29/09/2015 à 00h10

Localisation : cavaillon

Messages: 835

Le 13/01/2021 à 18h37

Reprise du message précédent

salut
ce que tu dis, c'est les apparences actuelles de ces réseaux;
mais, si des sénateurs s'emparent de la chose, c'est bien qu'il y a un problème, politique majeur;
dans la vidéo, le sénateur fait référence aux lois votées fin XIX contre les "barons voleurs", puisque l'existence de cette plateforme "task" est une forme d'entente illicite;
de toute façon, ces entreprises se réfugient derrière les règles du droit privés, commercial;
le problème, c'est qu'elle agissent et se comportent comme des personnes morales de droit public;
il y a donc un vrai conflit, juridique, consistant à jouer sur les deux tableaux du droit privé et du droit public;


ACER Aspire 64 bits 4 coeurs , 4 Go RAM , 1 To SATA, 1ssd 240 Gio ;
Mageia7.1 gnome fedora31 gnome, opensuse tumbleweed gnome
Liberté et sécurité sont les arguments classiques pour LINUX. En prime il y a aussi la dignité et la confiance ressentie depuis que je suis sous Mageia
   
Jybz Membre non connecté

Rang

Avatar

Modérateur Administrateur

Inscrit le : 10/10/2018 à 10h26

Messages: 3449

Le 13/01/2021 à 20h56
Citation :
sujet vertigineux lorsqu'on y songe un peu;
des entreprises privées qui s'érigent en censeur, sans aucune légitimité formelle, voire pire, qui pratiquent le banissement, qui est un acte d'autorité très grave, normalement le privilège du souverain, uniquement dans des circonstances exceptionnelles;

Je ne suis pas vraiment de cet avis. Twitter est une plateforme privée, avec des conditions d'utilisation qu'un utilisateur n'a pas respecté, point barre. Ils ne sont pas censeur comme un état peut l'être, un état peut interdire via plusieurs processus legislatif et judiciaire la vente et la diffusion d'un "objet", un livre, une parole. Or, Twitter n'a pas supprimé le site du gouvernement, le site de la maison blanche, le canal officiel, est toujours présent non ? Trump peut utiliser ce canal pour communiquer, non ? Twitter a juste éjecter un mauvais utilisateur qui n'a pas respecté l'engagement donné via la charte d'utilisation qu'il a accepté.

De plus, un président n'est PAS un souverain ! On est très loin du mot. Un président à les uniques fonctions d'organiser la vie politique et de servir son peuple. Le souverain, on lui a coupé la tête. Le président, on le choisit pour organiser la vie politique de la société en fonction de nos convictions. Si nos convictions changent, il est normale de changer de représentant du peuple. Il ne faut pas oublier et surtout pas mélanger.
   
Visiteur

Visiteur

Rang

Avatar

Message : 0

Le 13/01/2021 à 20h59
Bonjour,

Donc Yuusha, le droit s'arrêterait à la porte de ta maison, de ton entreprise, de ton journal etc.
C'est bien là qu'est le neud de l'affaire. En utilisant le "contrat" des entreprise se dispense d'obéir au droit commun. Pire, grâce à leur influence par les réseaux, par le soft power, par la retournement des rapports de force apporté par la mutation financière finale du capitalisme, ils arrivent à convaincre le commun des mortels, et le législateur (en les tenant par les c....) que c'est tout à fait normal.
Ça ne l'est pas. La loi s'impose partout et en tout temps. Nul n'est censé ignoré la loi. Il n'existe pas une loi de Google, une autre de Facebook etc. Et quand je dit Google ou Facebook je devrais plutôt dire le nom de leurs propriétaire qui agissent (et on le voit bien dans ce cas) avec un pouvoir discrétionnaire total : un roi absolu donc voire pire.
Si l'on en va par là on dira que je fais ce que je veux chez moi : si je veux battre ma compagne, mon compagnon ou mes enfant ou pire, j' en ai le droit.

La véritable confusion n'est pas là mais dans le fait que, depuis les révolutions, et c'est formellement écrit dans la déclaration de l'homme et du citoyen, les moyens de productions sont privatisés (quand on y parle du droit de propriété, c'est bien de cela dont il s'agit et pas de posséder sa chaurrue ou sa brosse à dent) . Ils constituent ainsi une exception tout à fait inique aux droit du citoyen. En effet, si l'on considère que le citoyen est libre (dans les limites de la loi) il n'en va plus de même dès qu'il devient un employé en franchissant la porte de son usine, entreprise, institution ... À partir de ce moment il devient un sorte d'esclave temporaire, un sujet de son patron en quelques sortes pour qui le droit commun ne s'applique plus. On va même jusqu'à parler de fidélité et autres termes équivalents à son entreprise, concepts et vocabulaire purement moyen-âgeux voire esclavagiste.
Ces dernière années, avec les réseaux, des employés se sont même vus condamnés pour avoir critiqué les politiques économiques ou sociales de leur entreprise de manière anonyme. Des tribunaux et des juges partiaux ont ainsi validé la soumission au delà de la présence physique au travail, c'est à dire comme faisant partie, non seulement des obligations des employés mais aussi de celle du citoyen hors de l'entreprise, réduisant d'autant ses droits et son statut au profit d'une oligarchie insatiable. Je me plais même à y voir la renaissance d'une nouvelle proto-noblesse, c'est en tout cas comme cela qu'ils se vivent.

Cette dérive, inversée en certain temps par les mouvement sociaux du 19è et 20è siècles est entrain de se diffuser à la vitesse de l'éclair grâce au soft-power et maintenant aux réseaux sociaux. On a vu la casse du droit du travail en France, celle de la sécurité sociale est en œuvre systématiquement depuis des années et arrive à sa fin avec la réforme des retraites, mais tout le monde voit le petit bout de la lorgnette, c'est regrettable.

Le même laxisme de la part de nos représentants élus est en train de se propager à ces réseau sociaux avec l'argumentaire cité par Yuusha.

C'est un mensonge : fondamentalement pas plus Tweeter que Facebook que le Monde, Libération, le New-York Times ou la gazette de de St Cucuron les Oliviettes n'ont le droit de réduire les droit fondamentaux des citoyens dans un pays démocratique : ils sont au-dessous du droit pas au-dessus. C'est à eux de se soumettre à la loi commune et donc à la liberté d'opinion. Et si les texte ou discours de certains sont illégaux c'est aux tribunaux de juger et , éventuellement, de condamner. En aucun cas ceci ne peut se faire avant ! Cela s'appelle de la censure ! Le lieu où elle s'applique n'a aucune espèce d'importance. Et si les représentants élus considèrent que c'est normal, parce que comme en ce moment aux États-Unis ça les arrange, politiquement et socialement, et bien nous ne sommes plus dans une démocratie, c'est aussi simple que ça. Ça ne fait sans doute pas plaisir mais c'est un fait. inutile de se leurrer.

C'est exactement le contraire qui devrait être fait : libérer la parole dans l'endroit ou elle était confinée depuis l'origine : l'entreprise.

Il semble que malheureusement nous (les "démocraties") soyons sur la mauvaise pente, celle de la censure et de la restriction des droits. Au nom du bien, évidemment, car c'est une constante historique, les plus grandes saloperies ont toujours été faites au nom du bien qui devient très vite Le Bien. Et là ça peut faire très mal.
   
Jybz Membre non connecté

Rang

Avatar

Modérateur Administrateur

Inscrit le : 10/10/2018 à 10h26

Messages: 3449

Le 13/01/2021 à 21h28
asaln :
C'est exactement le contraire qui devrait être fait : libérer la parole dans l'endroit ou elle était confinée depuis l'origine : l'entreprise.

Même thématique et pente glissante qui amène souvent un peu trop à droite : Freespeech, là où il faut tolérer l'intolérable.
Doit-on attendre des mois voir des années de procès politique pour savoir si nous avons le droit de tout dire sur des espaces semi-publique tel que twitter ?
   
Papoteur Membre non connecté

Rang

Avatar

Modérateur Équipe Mageia

Inscrit le : 03/10/2011 à 22h16

Localisation : Metz

Messages: 8261

Le 13/01/2021 à 22h23
Messieurs (je ne crois pas qu'une dame se soit exprimée).
Nous considérons que ce sujet dérive au-delà de l'objet du forum. Le sujet initial était le message de Mozilla et son interprétation, ce qui reste dans notre thématique.
Nous vous remercions de rester dessus, sinon, nous allons devoir clore le fil rapidement.


Yves
   
Visiteur

Visiteur

Rang

Avatar

Message : 0

Le 13/01/2021 à 22h55
CQFD
;-)
   
vouf Membre non connecté

Rang

Avatar

Webmaster Administrateur

Inscrit le : 16/08/2008 à 08h27

Localisation : Gironde

Messages: 3039

Le 14/01/2021 à 07h09
Bonjour

Quand vous vous exprimez sur MLO, vous vous devez de respecter les règles d'utilisation de MLO : https://www.mageialinux-online.org/pages/les-regles-d-utilisation-de-mlo au moment de votre inscription.

Certaines contraintes sont amenées par la loi, d'autres pour des raisons "morales", d'autres pour rester dans le cadre fixé par les fondateurs et les modérateurs de ce forum. Au final, nous sommes en partis responsables de ce qui est écrit sur le forum et responsable vis à vis de la justice. C'est pourquoi nous nous sentons responsables du contenu du forum.

C'est quelque part un peu la même problématique pour les grandes plateformes comme twitter, etc. La différence est qu'ici, la modération n'est pas automatisée, elle est réalisée par les modérateurs. Et nous sommes assez nombreux pour surveiller et apprécier ce qui est publié. De plus nous ne tirons aucuns avantages économique de ce qui est publié sur ce forum.

En tous cas, qu'aurions nous fait si Donald Trump était intervenu sur ce forum ? Je crains que certains de ces messages ne respectent pas la nétiquette de ce site :]

J'aime comme vous beaucoup la liberté. Mais, il faut arrêter de croire que la liberté est infinie et que tous peut être autorisé dans l'espace public. Elle s'arrête où commence celle des autres. Et bien sûr, cela est forcément complexe à apprécier et d'en trouver les limites. On peut donc se tromper...

Pour moi, le problème principal des réseaux sociaux, est surtout la bulle cognitive dans lesquels ont peu s'enfermer. Le système de tweet limité à quelques caractères, ne permet pas d'argumenter, de démontrer, de discuter "normalement". On est obligé de faire des raccourcis, de gommer la complexité des choses ce qui ne permet pas de nuancer. Naturellement, on ne s'abonne pas au contenu qui nous dérange... Bref, la mayonnaise peut très vite prendre....

Tout ça pour dire... La liberté, c'est complexe...



Mageia 7 64 bits Plasma 5- Asus B150 Pro Gaming-Intel Core i7 6700-16 Go Hyper X Fury DDR4-2133 Mhz-Asus Strix GTX Nvidia 1060 - Go-M2 Samsung Evo 970 1Tb-SSD 512 Gb Samsung Evo 960 -Raspberry PI2
   
Papoteur Membre non connecté

Rang

Avatar

Modérateur Équipe Mageia

Inscrit le : 03/10/2011 à 22h16

Localisation : Metz

Messages: 8261

Le 14/01/2021 à 07h40
asaln :
CQFD
;-)

Bonjour,
Je trouve que tu y vas fort.

Honnêtement, j'aimerais bien avoir le débat sur le message de Mozilla. Tout le monde relaie une information qui présente Mozilla comme le chantre de l'Internet censuré par ceux que tu dénonces.
Ce n'est pas la lecture que j'en fais, au contraire, et le "meilleur Internet" défendu ne fait pas appel à de la censure mais à la publication des règles de mise en relief des messages et l'installation de promotion des "voix factuelles".
Est-ce que je lis mal l'anglais, ou suis-je nul en lecture de texte ?


Yves
   
vigen Membre non connecté

Rang

Avatar

Inscrit le : 10/01/2021 à 10h29

Messages: 918

Le 14/01/2021 à 10h25
Papoteur :
asaln :
CQFD
;-)

Bonjour,
Je trouve que tu y vas fort.

Honnêtement, j'aimerais bien avoir le débat sur le message de Mozilla. Tout le monde relaie une information qui présente Mozilla comme le chantre de l'Internet censuré par ceux que tu dénonces.
Ce n'est pas la lecture que j'en fais, au contraire, et le "meilleur Internet" défendu ne fait pas appel à de la censure mais à la publication des règles de mise en relief des messages et l'installation de promotion des "voix factuelles".
Est-ce que je lis mal l'anglais, ou suis-je nul en lecture de texte ?


C'est le soucis avec les sujets avec de la politique en tache de fond.....

Pour répondre au sujet, filtrer le web, ça impose des algo, des boites privées qui feront "faites nous confiance !!". Et au final qui décidera si un avis, un Tweet, un post est "correct"?

La « morale » (des réseaux sociaux), les intérêts commerciaux ou politique, ou la loi ?

Quand à RT ça reste un organe politique..... Edité par vigen Le 14/01/2021 à 20h57
   
Visiteur

Visiteur

Rang

Avatar

Message : 0

Le 14/01/2021 à 15h15
Papoteur :

Je trouve que tu y vas fort.


Voilà la traduction de la déclaration de Mozilla traduite par Deepl :


Il ne fait aucun doute que les médias sociaux ont joué un rôle dans le siège et la prise de contrôle du Capitole américain le 6 janvier.

Depuis lors, la déploration du président Donald Trump a fait l'objet d'une attention particulière. La question de savoir quand déplorer un chef d'État est cruciale, parmi tant d'autres qui doivent être abordées. Quand les plateformes doivent-elles prendre ces décisions ? Ce pouvoir de décision leur appartient-il à eux seuls ?

Mais aussi répréhensibles que soient les actions de Donald Trump, l'utilisation effrénée d'Internet pour fomenter la violence et la haine et renforcer la suprématie blanche ne concerne pas qu'une seule personnalité. Donald Trump n'est certainement pas le premier homme politique à exploiter l'architecture de l'internet de cette manière, et il ne sera pas le dernier. Nous avons besoin de solutions qui ne commencent pas après que des dommages incalculables aient été causés.

Pour changer ces dynamiques dangereuses, il ne suffit pas de réduire temporairement au silence ou de retirer définitivement les mauvais acteurs des plateformes de médias sociaux.

Il faut également prendre des mesures supplémentaires précises et spécifiques :

Révéler qui paie les publicités, combien elles coûtent et qui est visé.

S'engager à une transparence significative des algorithmes des plateformes afin que nous sachions comment et quel contenu est amplifié, à qui, et l'impact associé.

Activer par défaut les outils permettant d'amplifier les voix factuelles par rapport à la désinformation.

Travailler avec des chercheurs indépendants pour faciliter des études approfondies sur l'impact des plateformes sur les personnes et nos sociétés, et sur ce que nous pouvons faire pour améliorer les choses.

Ce sont des actions que les plateformes peuvent et doivent engager dès aujourd'hui. La réponse n'est pas d'éliminer l'internet, mais d'en construire un meilleur qui puisse résister et se préparer à ce type de défis. C'est ainsi que nous pouvons commencer à le faire.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)



Donc il est clair (à part "déploration" ) que Mozilla ne se pose pas comme un censeur à tout crin.
Cependant Mozilla reste "le cul entre deux chaises". Déjà le terme de prise de contrôle (take-over) me semble abusif : la capitole n'a jamais été contrôlé par les excités, mais seulement envahi. Contrôler le Capitole serait y prendre aussi le pouvoir et en assumer les fonctions. Ce qui n'a certes pas été réalisé. Et ce d'autant moins que ces gugusses n'avaientt, semble-t-il absolument pas prévu d'y faire une révolution : aucune stratégie de prise de pouvoir etc.

Donc comme à l'habitude les faits et surtout ont été amplifiés par la presse à sensation américaine, avec des grands mots mais des concepts faibles.

Je ne veux pas dire que ce qui s'est passé n'est pas grave mais cela mérite surtout d'être étudié calmement et d'être expliqué pour déboucher sur de la vraie politique. Or la grandiloquence des démocrates, de la presse et des réseaux (sans compter la déclaration mal venue de notre propre président) ne va certainement pas aider à apprendre de cet évènement.

Je disais que Mozilla était un peu chèvre et chou dans la mesure ou elle dénie le droit à la censure brutale et inutile
Mozilla :
il ne suffit pas de réduire temporairement au silence ou de retirer définitivement les mauvais acteurs des plateformes de médias sociaux.


mais valide des solutions "préalables":

Mozilla :
Nous avons besoin de solutions qui ne commencent pas après que des dommages incalculables aient été causés


Et je n'analyserai ici que ces deux passages ; ce serait trop long de faire les autres mais on pourra continuer la discussion si certain ou certaines sont intéressés

Déjà le terme de "mauvais acteurs" (bad actors).
Une seule question : qui décidera (dans une démocratie s'entend) qui est un mauvais acteur ? Nous sommes tous le mauvais acteur d'un autre, ce n'est qu'une question de point de vue, de croyance ou d'obédience.
Bien sûr Mozilla dit également dans la même phrase qu'il ne suffit pas d'étouffer une voix ce est qui plutôt positif par contre.
On voit ici dans l'expression et le choix des mots une contradiction interne flagrante : d'un côté une position réfléchie sur une vaine censure inefficace (il ne suffit pas ...) et de l'autre le type même du terme non réfléchi, sentimental et presque hollywoodien, mais disqualifiant d'office et préalablement à toute analyse sérieuse, de "mauvais acteur".
Je me contenterai donc de dire que lorsqu'on est une fondation sérieuse comme Mozilla et qu'on fait une déclaration concernant un aspect fondamental de la démocratie, la liberté d'expression, on choisit un peu mieux ses mots et ses phrases si l'on veut être compris. Ceci explique déjà en partie que les gens aient interprété à l'opposé cette déclaration (et je rappelle que je ne m'appuie ici que sur deux passages, si l'on prend l'ensemble la confusion pourrait s'expliquer d'autant mieux).

Deuxième citation :
Mozilla :

Nous avons besoin de solutions qui ne commencent pas après que des dommages incalculables aient été causés


Là Mozilla cède à la pression médiatique globale : il nous faut une solution préalable à l'expression des ... des quoi d'ailleurs, je n'ai pas trouvé le mot. Des opposants ? Des crétins ? Des non-conformes ? Des fascistes ? Des racistes ? Des suprémacistes ? Un peu de tout ça ?

Outre le fait que j'adore cette forme d'expression typiquement médiatique de la négation ou de la double négation ("qui ne commence pas après") donc en clair qui commence avant donc qui est préalable au délit si délit il y a. Mais Mozilla n'en dira pas plus sur cette solution. Mozilla reste dans le vague en parlant plus loin "d' outils", "d'algorithmes", de "chercheurs indépendants". Et on retrouve ici toutes les tartes à la crème vagues et lénifiantes qu'on nous sert depuis des années. Quels outils ? Quels algorythmes ? Quel chercheurs indépendants ? Sur quelles bases ? Selon quel protocole de recherche ? et surtout dans quel but ?

On ne le saura pas.

Quant aux dommages incalculables c'est vraiment de la formule politico-médiatique. Si l'on parle de dommages incalculables il faut les citer et en citer les conséquences précises, pas seulement des impressions ou des sensations.

Enfin on a pêle-mêle la "transparence", La responsabilité des "plateformes". Mais on n'a pas la question des fameuses plateformes elles-mêmes.

Mozilla ne pouvait pas ne pas s'exprimer (comme on dit de nos jours) ou ses dirigeants l'on jugé ainsi.

Pourtant Mozilla ne dit rien finalement. Mozilla semble être à la fois pour la censure (préalable) et contre la censure (il ne suffit pas)
Mozilla, comme beaucoup de nous dans le monde actuel, comme nos représentants semble incapable de faire un choix éclairé.

Pourtant ce choix éclairé est simple : si l' on empêche par anticipation les gens (même les cons) de s'exprimer au vu d'une quelconque conformité de leurs idées, que ce soit par un comité, un algorythme ou un outils quelconque, c'est de la censure. Et la censure c'est anti-démocratique. Si l'on censure nous ne sommes plus dans une démocratie stricto sensu. Il faut savoir ce que l'on veut.

Finalement on (et Mozilla également) débat (subrepticement) de la nécessité de mettre en place une censure parce qu'on ne veut pas débattre de l'existence de ces plateformes elle-mêmes et de la nécessité de leur démantèlement. C'est d'ailleurs un sujet passionnant de savoir pourquoi presque tout le monde est théoriquement pour mais que pratiquement contre...

Je ne dis pas que faire vivre une démocratie est simple ou facile et la partie n'est jamais gagnée définitivement bien sûr. C'est cette illusion qui pousse les gens a l'accepter (ce que n'avaient pas fait les États-Unis jusqu'à présent, une des rares choses que j'appréciais chez eux) parce que c'est plus facile, plus reposant, plus simple. Un peu de sécurité contre un peu de liberté. Mais ça ne marche pas comme ça. Je reconnais que le combat permanent est compliqué mais il n'y a d'autre solution pour défendre et appliquer la démocratie et c'est toujours pas gagné, loin de là.

Pour paraphraser B. Franklin (États-Unis oblige) à céder notre liberté contre de la sécurité on n'a en définitive ni l'une ni l'autre.




   
vigen Membre non connecté

Rang

Avatar

Inscrit le : 10/01/2021 à 10h29

Messages: 918

Le 14/01/2021 à 18h06
Politique, politique, politique !! :)

Si nous revenions à notre bonne vieille Mageia ;)

Qui viens d'avoir une sacrée petite floppée de mise à jour aujourd'hui !! :)
   
Nulix Membre non connecté

Rang

Avatar

Inscrit le : 26/06/2011 à 14h11

Messages: 253

Le 14/01/2021 à 20h05
Bonjour,
J'étais venu tranquillement prendre des nouvelles de la Cauldron et je tombe là-dessus, et comme ça parle de Mozilla, ça m'intéresse bien sûr...
Seulement, je constate que, malheureusement, depuis la discussion sur la participation à la fête de l'Humanité, rien n'a changé. Dès que la politique est évoquée, ça y est, les donneurs de leçon et de morale, de nettiquette et de glissements à droite sont de nouveau de sortie. Putain, mais vous ne pouvez pas garder vos âneries pour vous ?!
Est-ce besoin de le réitérer, il y a probablement ici des gens de toutes tendances politiques et il y a des allusions qui fâchent.
Que MLO se contente donc, de surveiller les excès dérogeant à la loi et qu'elle bannisse immédiatement les sujets qui créeront la discorde entre nous.
La morale ? Comme ce qu'il fait de son cul, que chacun se la garde pour soi !
Merci
   
HerbertP Membre non connecté

Rang

Avatar

Inscrit le : 25/06/2015 à 10h47

Messages: 576

Le 14/01/2021 à 23h02
[hors-sujet et réaction à chaud]
Dont acte, dit-on généralement.

Je ne pense pas être visé mais Je n'attend pas après MLO pour mettre en avant mes éventuelles convictions politiques, je comprends qu'il y a une histoire passée qui vous rend nerveux au point d'en être désagréable dans vos propos. Je constate que nous sommes dans la partie "discussion libre", et que jusqu'à présent je n'ai pas vu d'agressivité notable ni de discorde dans la discussion. Et pardonnez-moi aussi de m'intéresser à l'actualité de l'informatique quand elle concerne des outils qu'on utilise tous les jours.

Juste surpris qu'on me demande, en qualité de lecteur/contributeur, de revenir à Mageia et d'oublier le reste. Sans volonté polémique ni jugement de valeur ou autre bondieuserie de ma part, et rien ne vous empêche de venir prendre tranquillement des nouvelles de la Cauldron.
[/hors-sujet] Edité par HerbertP Le 14/01/2021 à 23h35


Christophe. Mageia 7 arch. 64 bits - bureau Plasma - Expérience utilisateur : pas très doué en ligne de commande^^
   
Visiteur

Visiteur

Rang

Avatar

Message : 0

Le 15/01/2021 à 00h09
@HerbertP
Ne pas se vexer pour ce genre de réflexion excitée on peut continuer tout aussi calmement, pas de soucis.

Personnellement il m'en faut nettement plus pour me faire dérailler ;-)

@Nulix

Joli petite provocation de Nulix.
Juste deux trois choses. Si on veut des nouvelles de Cauldron on ne va pas sur "discussions libres" ou alors c'est qu'on cherche autre chose...

Il ne me semble pas que dans ce sujet personne n'ait donné de leçons, de morale, de netiquette ou de glissement à droite (ou ailleurs d'ailleurs) ou alors il va falloir m'apprendre à lire mieux que je ne sais le faire et ça ne va pas être facile. Il m'a plutôt semblé que chacun exposait son point de vue tout à fait normalement sur un sujet qui en est vraiment un pour le libre et l'informatique : c'est à dire la censure ou le risque de censure, les réseaux sociaux et le communiqué public de Mozilla.
Quoi de plus normal dans notre cas ?

La discorde ? Quelle discorde ? Des opinions différentes et en cours de réflexion ne sont aucunement de la discorde mais du débat, ça n'est pas interdit que je sache.

Enfin comme je le disais au début jolie tentative de troll empoisonné mais bon ça tombe un peu à plat non ?
   
Jybz Membre non connecté

Rang

Avatar

Modérateur Administrateur

Inscrit le : 10/10/2018 à 10h26

Messages: 3449

Le 15/01/2021 à 10h26
asaln :

Il ne me semble pas que dans ce sujet personne n'ait donné de leçons, de morale, de netiquette ou de glissement à droite (ou ailleurs d'ailleurs) ou alors il va falloir m'apprendre à lire mieux que je ne sais le faire et ça ne va pas être facile

Si moi, ici :
Jybz :
asaln :
C'est exactement le contraire qui devrait être fait : libérer la parole dans l'endroit ou elle était confinée depuis l'origine : l'entreprise.

Même thématique et pente glissante qui amène souvent un peu trop à droite : Freespeech, là où il faut tolérer l'intolérable.
Doit-on attendre des mois voir des années de procès politique pour savoir si nous avons le droit de tout dire sur des espaces semi-publique tel que twitter ?


Bon, ça tourne au vinaigre ici.

Le sujet principale reste et restera Mageia, elle nous regroupe tous dans ses valeurs de libre et de partage. Inutile se s'échauffer pour d'autre sujets qui nous séparent.

Sur ce, je clos le sujet. Désolé pour les discordes.
   
Répondre
Sujet verrouillé, vous ne pouvez pas poster de message